Afin d’accélérer la commercialisation de son nouveau microprocesseur, Kalray annonce avoir bouclé un troisième tour de financement de 5 millions d’euros auprès de ses investisseurs historiques : ACE Management, Innocap, des « business angels », dont quelques industriels lyonnais et suisses, et de ses banquiers.
Joël Monnier, PDG fondateur de Kalray, ancien vice-président de STMicroelectronics, annonce les perspectives. « Nous tablons sur un chiffre d’affaires de 4 à 5 millions d’euros en 2013 et visons les 100 millions en 2017 ».
Kalray dispose d’une équipe d’environ 50 personnes à Grenoble et Orsay et collabore étroitement avec le CEA. L’entreprise conçoit des microprocesseurs massivement parallèles, dont la première version, qui comprend 256 coeurs, offre une très grande puissance pour une consommation environ 10 fois inférieure aux solutions concurrentes.
Ce produit place Kalray dans le peloton de tête mondial des microprocesseurs de nouvelle génération professionnels destinés à des applications telles que : le contrôle commande, le traitement de l’image, la sécurité des données, le traitement du signal, le calcul scientifique, …

Investisseurs : ACE Management (Thierry Letailleur, Julien Czajka) – Inocap (Jean Christophe Ménissier) – Investisseurs privés
Conseil société : Groupe Cesacq (Cesacq Investissements : Lionel Canis)
Conseil juridique société : Lonjon & Associés (Sophie Laheurte)

Cf. article « Les Echos » du 22 janvier 2013.